Archives pour la catégorie article

[TAG] Le dîner littéraire

Je partage ce super tag que j’ai découvert sur malecturotheque, qui l’a elle-même découvert sur Carnet parisien qui l’a elle-même découvert sur… (Okay j’arrête vous avez compris l’idée: eh oui les bloggeurs lisent autant sinon plus de blogs que leurs lecteurs.)

Maintenant que j’en ai fini de briser toutes les illusions de ce milieu, je peux vous parler de ce jeu que j’ai découvert (et avec lequel j’ai embêté mes amis pendant quelques jours). Le but est simple vous devez réunir pour un dîner des personnages de littérature.

Choisissez bien vos invités et bon appétit!

uaj8rm0xeytdw

On commence par: 1-Un personnage qui sait ou aime cuisiner

Molly Weasley! Obviously! (okay je me calme avec le côté Mia Frye) mais pensez aux repas qu’elle a concocté avec son faible budget… Imaginez ce qu’elle ferait avec de l’argent maintenant…

Molly-molly-weasley-28762691-533-400

Parlons donc financement : 2- Un personnage qui finance la soirée

Harpagon!

Oui, oui… Je parle bien du célèbre Avare de Molière.

Je manque de fun trouvez-vous? Imaginez-le maintenant se révulser à la pensée de chaque euros dépensés (oui, on se met à la page pour le dîner, il paiera en euros). Si vous n’arrivez pas à l’imaginer… Pensez à Gollum à qui on tenterait d’enlever l’anneau …

harpagon-moliere-commentaire-corrigé

3-Un personnage qui pourrait causer une scène

J’ai hésité entre Gossip Girl et la princesse Elisabeth Charlotte de Bavière (rien que ça). J’ai finalement opté pour la princesse: l’effet est identique: nous avons à table avec nous la plus grande commère de toute l’europe. Vous avez un secret, elle le connaît sûrement et pourrait bien le raconter.

114px-Liselotte_van_de_Palts

4-Un personnage drôle/amusant

Salim Condo dans salim parce que j’adore ce livre, et que je me serai senti mal de ne mettre aucun des personnages…

Ewilan et Salim

5-Un personnage sociable populaire

Blair waldorf de Gossip Girl (c’est le moment où jamais!) alors je ne sais pas si elle est vraiment sociable (quelque chose me dit que non) mais je l’adore

ylghrvt3kl6xy

6-Un vilain

Celui-là est tout trouvé, s’il vous plaît, veuillez accueillir Joffrey lannister, dieu merci ce petit s’est étouffé. Vous l’imaginez adulte? Sérieusement?

8kfbagidabzuy

7-Un couple pas forcément romantique

Charles Bovary et Emma Rouault parce que l’amour c’est parfois beaucoup d’incompréhension: « Il la croyait heureuse; et elle lui en voulait de ce calme si bien assis, de cette pesanteur sereine, du bonheur même qu’elle lui donnait. »

Et aussi parce que j’ai toujours rêvé de pouvoir gifler cette bécasse!

8-Un héros ou une héroïne

La chèvre de Monsieur Seguin.

Bah oui… Il faudra bien lui rendre honneur un jour ou un autre. Ça et qu’en général les héros (les P.P) m’éxaspèrent… On dira donc Bravo à la chèvre pour… Eh bien sa pugnacité, grande guerrière, très persévérante! Bah Bravo. (Madame Weasley pourra la cuisiner aussi)

autocollant-mural-chevre-blanche

9-Un personnage qui n’est pas apprécié à sa juste valeur

Raah Médée ou le monstre de Frankenstein? Médée ou Frankenstein…

Femme délaissée à la fois coupable et victime, ça se tente hein?

C’est quand même gros, non ?

Et puis zut! C’est parti pour Médée, un personnage ambigu qui pousse à se poser des questions et surtout une dramaqueen comme on en fait plus…

10-Un personnage au choix

Rhett Butler dans Autant en emporte le vent qui a gagné mon cœur avec cette phrase« Je vous aime Scarlett. En dépit de vous, de moi et de ce stupide monde qui s’écroule, je vous aime. »

(La classe non?)

téléchargement

Publier un livre: se faire éditer

Votre manuscrit

Vous allez penser que c’est une perte de temps, pourtant il est important, sinon essentiel que votre PDF, votre liasse de feuille imprimée, votre manuscrit, soit à la meilleure version de lui-même. Vous devez-vous assurer de ne pas pouvoir faire mieux:

-Orthographe (car un lecteur de maison d’édition, ou celui qui achètera votre livre si vous décidez de le publier directement en ligne, ne vous pardonnera pas des fautes d’orthographe)

-Le style. Comme vous l’ont souvent dit, vos professeurs de  lettres: Relisez-vous! Vous éviterez les lourdeurs (répétitions, phrases trop longues, problème de syntaxe.) À chaque fois que je relis un manuscrit, je trouve de nouvelles façons de formuler mon propos. Le mot « fin » sur la dernière page de votre manuscrit n’est qu’une fin fictive. C’est le début d’un profond travail de correction.

-La mise en page. Un texte aéré et soigné est toujours plus engageant. Préférez un texte imprimé sur une seule face et relié, avec une interligne à 1.5, si rien n’est indiqué. Police Times New Roman, taille 12. C’est la norme des dossiers académique.


Choisir sa maison d’édition

Elle doit vous correspondre, et plus précisément correspondre à ce que vous écrivez.

En effet rien ne sert d’envoyer aux éditions Bragelonne votre polar, car cette maison d’édition est spécialisée dans le fantastique et la science-fiction. Ne croyez pas qu’en envoyant votre manuscrit un peu partout, ne croyez pas que vous multipliez vos chances d’être vu et publier, non, vous risquez d’agacer la charmante personne chargé de la réception et l’étiquetage des manuscrits. (La secrète liste noir des maisons d’éditions existent peut-être vraiment, ne risquez pas d’être dessus.)

De plus, entre les coûts d’impression, de reliure, et les frais de port, l’envoi de d’un manuscrit peut vous revenir à 5 euros, pour un manuscrit (moi je n’avais ni payer l’impression, ni la reliure, mais l’envoi de mon pavé de 200 pages n’était pas donné).

5 euros ce n’est rien, pensez-vous? D’accord, mais votre manuscrit vous n’allez pas l’envoyer qu’à une seule maison d’édition? Multipliez donc ce chiffre…

Il est donc important de sélectionner soigneusement l’éditeur qui recevra votre « précieux » (Gollum sort de ce corps!).

Certains éditeurs acceptent les envois de manuscrits par mail, privilégiez ceux là. D’abord votre envoi sera gratuit, et avec quelques copier-collé bien modifié vous parviendrez à joindre plus rapidement un grand nombre d’éditeur.

Une fois vos envois par mails effectués, passez aux envois par courrier. Nous avons déjà vu que ces envois ne sont pas donné. Je vous conseille donc de limiter votre lise de maisons d’éditions, à moins bien sûr que vous ayez les moyens et l’envie de contacter tout le monde.

Pour faire cette liste, certains choisissent les petites maison d’éditions qui ont  pour vocation d’être plus accessible. D’autres privilégient gloire, succès et renom associé aux grandes maisons.

À vous de voir quelle sera votre stratégie.

Compte rendu auto-édition (introduction)

Tome 1 (30 novembre 2015)

Image-1 (3)

Pour le publier, après avoir testé les nombreuses offres qui se présentaient à moi (eh oui, je fais ce que je dis!), j’ai décidé de publier avec CreateSpace, l’outil de création de livres d’Amazon.

Article après article, je parlerais de mon expérience dans le monde de l’auto publication (quel projet! N’est-ce pas?).


Le résumé

Tome 1: Les Déchus

Dans le royaume d’Albion l’Empire a envahi tous les royaumes du continent, et seul Rozzaria continue à lutter pour son indépendance.

Dans cette atmosphère conflictuelle, Ashelia, héritière du trône d’Albion se retrouve traquée par les troupes de l’empire et doit fuir pour sauver sa vie. Accusée d’être une magicienne, et traquée par l’empire qui abhorre la magie, la jeune femme va devoir découvrir quel est ce don qui la met en danger et apprendre à le maîtriser.

Aidée par ses amis, les séduisants jumeaux Aiyden et Logain, qui ont quitté Rozzaria pour de mystérieuses raisons, Ashelia devra se lancer dans une course-poursuite pour sauver son royaume, sinon sa vie.



Retrouvez plus d’informations dans le menu sur la page concernée.

Auto-édition (introduction)

« Ah sirène de la gloire miroitée par ces rares phénomènes. Ah jeunes auteurs avides de reconaissances… »

Vous les entendrez ces sceptiques méprisants qui sous prétexte de vous « éviter une désillusion » s’empresseront de briser vos rêves. N’ayez pas peur! Vous ne leur avez rien demandé!

L’auto-édition moi je dis pourquoi pas!

Il est normal, après avoir passé des heures harassantes à produire vos meilleurs textes, de vouloir les soumettre au jugement populaire.

Vous avez envoyé vos manuscrits à des maisons d’éditions sans obtenir de réponse constructive? Vous avez déjà publié un texte et souhaitez prendre la conception de votre livre en main? Bref vous n’avez pas froid aux yeux et savez ce que vous voulez? L’auto-édition est pour vous.

Mais attention pas sous n’importe quelle condition

D’abord ( et je ne vous prend pas pour des idiots), il faut se renseigner, car il est facile pour un jeune écrivain motivé de saisir la première opportunité qu’il trouve… Et de tomber sur des entreprises peu scrupuleuses qui le prendront pour  -disons le clairement- un pigeon.

1-Ne pas confondre auto-édition, et édition à compte d’auteur. En auto-édition c’est simple, avec le système d’impression à la demande vous pouvez publier votre e-book gratuitement, ou faire imprimer VOTRE LIVRE de 400 pages pour moins de 10€ grâce à des sites comme createspace ou lulu.com.

Si on vous demande de payer pour des corrections, récupérer un isbn (qui s’obtient gratuitement sur le site de l’AFNIL) ou même pour éditer votre texte au format e-pub (afin de créer un e-book), soyez radins et fuyez!

2-Encore une fois ne vous précipitez pas, l’auto-édition se développe, vous avez de la chance, grâce à cela vous avez beaucoup plus d’opportunités et d’annonceurs. De l’imprimeur local à l’entreprise capitaliste, ne négligez personne. Les pages d’une recherche internet se limite rarement à la page 1, si, si vérifiez…

3- S’auto-éditer c’est lancer un produit sur le marché. Le marché du livre, un marché difficile. En vous auto-publiant vous parviendrez à publier votre e-book en ligne, rendre disponible votre livre papier pour des lecteurs… Mais quels lecteurs? Comment vous trouveront-ils, Ô sémillants écrivains, Ô esprits supérieurs s’ils ne vous connaissent pas? Après la joie de vous être publié, pourrait succéder la désillusion de ne pas être lu, si vous ne pensez pas assez tôt à cette chose formidable appelé « PROMOTION ».

Toutes ces choses j’essaierai de les aborder dans mes autres publications sur l’auto-édition.